17 février 2007

Du nouveau à la Maison des 3 thés



Du nouveau à la Maison des 3 thés !

Les parisiens s’en seront aperçus, la carte des thés proposés à la vente a changée depuis peu…
Pour ceux qui n’auraient pas la chance de pouvoir se déplacer je me propose de vous décrire dans les grandes lignes les nouveautés.
Outre les tarifs en hausses, de nombreuses galettes des années 80 ont tout simplement disparues laissant place à pas moins d’une quinzaine de nouvelles (très jeunes) références.
A noter toutefois l’apparition d’une 1990 n°35 (faisant écho à la 1990 n°21). Après le n°35 les galettes prennent 12 ans ! On saute une génération…
Ainsi les 36-37 et 38 (dans les 70 euros) pour lesquelles je n’ai pas d’informations précises ouvrent le bal. Les tarifs sont encore abordables si l’on considère le soin théorique apportée à leurs réalisation. Après le ton monte, la qualité et les prix aussi puisque chaque galette est fabriquée selon les règles de l’art et d’après des méthodes qui ne se pratiquent plus depuis 50 ans, les feuilles sélectionnées avec soins dans la région des 6 montagnes (Yiwu) proviennent de théiers sauvages. Leur origine n’est pas clairement inscrite (quoique. Je ne lis pas le chinois, c’est peut être noté sur l’emballage…) mais Maître Tseng s’est fait une joie de m’apporter des précisions. Certaines galettes ont leur pendant en Tuo Cha, mais aussi en vrac. Je me suis contenté de prendre des notes sur les Tuo Cha, pour des infos sur les vrac je vous laisse décrocher votre téléphone…
On attaque avec la 2002 n°39 qui provient de la région de Youle et dont le pendant en Tuo Cha est le 2002 n°16 (100g)
En 2003 et 2005 il y a deux galettes provenant de Yiwu (la montagne même) : la n°42 et la n°47. Les Tuo Cha qui les accompagnent sont les n°17 et 21. 100g chacun.
La galette 2004 n°43 et le Tuo Cha n°18 (100g) sont constitués de feuilles de la montagne Jiang Cheng.
Toujours en 2004, la n°44 et le Tuo Cha n°19 (50g) sont natifs de Nan Nuo.
En 2005, la n°46 et le Tuo Cha n°20 (50g) trouvent leurs origines sur Jing Gu.

En plus de ces 12 références, 3 galettes n’ont pas d’équivalent en Tuo Cha :
La 2003 n°40 provient de Nan Nuo (mais d’un endroit différent de la galette n°44)
La 2003 n°41 nous vient de Meng Song (pas sûr d’avoir bien entendu) qui serait au sud de Yiwu.
Enfin clou du spectacle et fierté de Me Tseng : la galette 2005 n°45. Les feuilles sont gigantesques, à vu de nez (et d’après ce que j’avais dans ma théière suite à la dégustation du vrac) 6/7cm. Toute la galette en est composée, ce qui est pour le moins inhabituel puisque ces feuilles ne sont habituellement utilisées que comme cache-misère sur le pourtour de certaines galettes censées être prestigieuses. Ces feuilles proviennent de théiers sauvages de 1000 ans de la montagne Yiwu (un endroit différent des n°42 et 47) . Du grand art à n’en pas douter mais voici la question qui se pose car il faut tout de même être lucide : Est-ce que l’on pourra déguster ce Pu Er à maturité de notre vivant ?
Oui le travail est magnifique, les feuilles hors du commun, la somme d’effort dépensée par Me Tseng pour sortir ce grand cru est à applaudir MAIS le prix est stratosphérique pour une galette si jeune… C’est mon avis et Dieu sait que je ne suis pas chatouilleux du portefeuille.

Pour ma part j’ai tout de même joué le jeu sur deux pièces : la galette 2003 n°42 (cf photo) et le Tuo Cha n°16.
A vous !

11 commentaires:

Raphael a dit…

Pour répondre à ta question, j'attends le résultat de mon check-up et l'avis de mon Notaire afin de déterminer si le jeu en vaut la chandelle.

Raphaël

lionel a dit…

C'est du très jeune tout ça...Est-ce déjà agréable à boire ou à faire vieillir pendant 20 ans ? Nos conditions de vieillissement "européennes" vont elles permettre d'obtenir des choses prêtes à boire dans 15-20 ans ou faudra t-il attendre plus ? As-goûté à ces choses alléchantes ? Niveau prix par rapport aux jeunes galettes 98 (31) et 99 (30), est-ce du même ordre ou plus cher ?

Jeancarmet a dit…

En ce qui concerne le Tuo Cha n16 de 2002 que je viens de deguster ce matin, c'est deja tres bon et je doute meme qu'il lui soit profitable de vieillir plus de 10/15 ans. Le nez et la bouche sont deja tres avenants, tout en finesse et equilibre, une tres legere amertume et un parfum extremement fondu, integre, de fume. Les joues et la langue sont tres tres legerement asseches. Les feuilles chaudes developpent un parfum de peche. Bien que je ne sois pas un grand amateur de Pu Erh jeune j'ai trouve ce Tuo Cha tres reussi, homogene, fin, tres classe a vrai dire. C'est son manque de puissance aui me fait dire que ce ne sera pas un the de longue garde mais je me trompe peut etre.
Pour ce qui est de nos conditions locales elles sont a mon avis ideales : les appartements francais sont plutot secs, non ?
Les prix des galettes sont tres proches des galettes 30 et 31, a part la 2005 n45 qui explose le budget. Dans les prochains jours je vais deguster la galette qui est en photos et je ferais part de nes impressions. En tout cas, je ne regrette absolument pas l'achat de ce petit Tuo Cha.

lionel a dit…

Quelle différence entre une galette et son "pendant" tuo cha ? Des feuilles différentes ont été utilisées ? OU le tuo cha est il simplement plus densément compressé si bien qu'il va évoluer moins vite ?

Jeancarmet a dit…

Etant donné que je ne pas pu comparer les deux en années identiques je ne peux te le dire. Néanmoins il est d'usage d'utiliser des feuilles plus petites pour les Tuo Cha (grade 1-3) et plus grandes pour les galettes. Celles du Tuo Cha étaient petites.

Pour en revenir à la galette 2003 42 voici ce que j'ai pu noter hier après plusieurs infusions longues d'une dose de 3g en Yixing de 14cl.
Le nez des feuilles sèches dans la théière chaude est très concentré avec un parfum de fumé marqué; par contre ce n'est pas une odeur désagréable de fumée de cigarette mais plutot celle de cheminée. Après un rincage et une infusion d'1mn30, la bouche est poivrée, assez massive mais pas séveuse, le nez dans la tasse à 1/2 vide évoque le parquet ciré; la cire d'abeille... Les infusions se suivent sans grande évolution... Ce n'est pas un thé très jouissif en revanche on sent qu'il en a sous le pied : la bouche reste longtemps imprégnée et la gorge est marquée. A l'issue de cette dégustation je dois avouer que je suis décu. Autant le petit Tuo Cha était déjà très bon autant cette galette ne présente aucun intéret en l'état ! On peut rétorquer que c'est un thé de longue garde mais alors pourquoi un tel prix pour une galette aussi jeune (171 euros !!) ? Je suis pret à payer cher un produit exceptionnel ou investir à peu de frais sur une galette très jeune mais payer ce prix une galette qui n'apporte aucun plaisir j'ai du mal... On peut argumenter sur la qualité hors du commun des matières premières, du savoir faire, etc. mais le thé est fait pour être bu pas admiré.
Bref un conseil : n'achetez pas sans gouter !

PS j'écris sur un clavier anglais d'ou les problèmes d'accentuations etc. Désolé.

Raphael a dit…

Bah, t'en fais pas on la boira pour mon départ en retraite, si tu me supportes toujours à cette date.

Pas de lien direct avec ton post mais avez vous réfléchi au stockage sur le long terme: cave d'appartement, appartement. Je pense comme toi que nos conditions de vie occidentales sont favorables aux Pu Er (pièces chaudes et sèches toute l'année, pas d'odeurs tenaces).

Philippe a dit…

Aïe... mais je m'y attendais en fait.
Christophe, tu n'as plus le choix, il va falloir attendre 20 ans pour avoir du plaisir à consommer cette galette ou plus précisément pour faire passer la pilule d'avoir dépensé si cher pour si jeune... !
Bon si je comprends bien, on est pris par la gorge. Plus aucune autre alternative : des Tuo Cha jeunes encore accessibles ou rien (sauf à la limite du médiocre contrefait).
Je sens que les années vaches maigres du Pu Er sont devant nous... Quelle tristesse.

Raphael a dit…

Ah t'en fais pas mon Christophe, on se la boira pour mon départ en retraite.
Ca lui laisse le temps de prendre un peu de bouteille, comme à moi, d'ailleurs.
Et puis, si elle ne s'améliore pas, on pourra toujours s'en servir comme frisbee sur la plage.

Raphael a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Jeancarmet a dit…

Le frisbee est une option a retenir.
Philippe : pas de definitif je n'ai goute qu'une seule galette, les autres sont peut-etre a la hauteur de leur tarification...

En attendant j'ai passe commande chez
Jingteashop.com et royalpuer.com
Ils ont des choses sympas a tester...

A reception, je teste et je vous raconte.

Raphael a dit…

Une nouvelle qui vous intéressera tous: je viens d'avoir Nicolas SARKOZY au téléphone. Il accepte de défiscaliser les galettes de Pu Er provenant de Théiers de 1000 ans, s'il est élu.
Je tenais à vous en faire part.