15 janvier 2008



Plusieurs remarques. J'accumule ça depuis plusieurs semaines sans avoir le temps d'en parler, car la doseuse à Guigoz à remplacer ma Roberval à thé…


L’usage du zhong est aisé et n’est pas technique : Je vous le dis mes frères : arrêter de vous pignoler avec le grammage et la température de votre eau : c’est à fond et à fond ! Point.
Comme pour le Gong Fu Cha, il faut de la quantité et de la célérité. Massif et court ! Sauf pour les jeunes Pu-Erhs où la tisane leurs va mieux au teint : 180° (pas la température, le demi tour !) : on gramme léger et on infuse longtemps.
Pour faire monter un zhong en température : Il suffit de l'arroser copieusement d'eau bouillante comme on le ferait pour une Yixing. Pour ça il faut une table à thé sinon on s'arrose les genoux...

A propos de grammage : il faut arrêter d’utiliser la pince à épiler pour doser les Pu-erhs anciens !! Philippe, oui, c’est toi dont je parle mon ami ! Tu ne crois pas qu’il y a un malaise à utiliser tes théières minuscules avec ton grammage de piaf pour faire des économies de bout de chandelles ? Oui tes vénérables galettes sont chères, mais as-tu compté ce que tu as dépensé en Yixing ?

Autre chose : Qu'est ce que c'est que cette mode d'appeler toutes les Yixing des "Zhuni" ?? Il n'y a pas plus de "Zhuni modernes" que de beurre au fiacre à mon avis. L'appellation est trompeuse et sans intérêt à mon sens. C'est comme appeler un piano laqué un Bösendorfer simplement parce qu'il en a l'aspect et comme dirait André Pousse : "Ce n'est pas parce qu'il y marqué Bénédictine sur les chiottes que c'en est !".

Enfin, un mot sur le commentaire de Flo sur le blog Cha-U-Thé, à propose du Da Yu Ling :
Bien vu le coup de la minéralité du Da Yu Ling et de certains Rochers. C'est ce qui fait que je trouve les Da Yu Ling que j'ai goûtés "chiants". Avec le temps et ma petite expérience je fais de moins en moins de dégustations techniques (tasse à sentir & co) et mon approche est plus globale et primaire : "miam-miam c'est bon ce truc" ou "trop cher pour le prix. Ils veulent nous dire quoi là ??"
Le "ils veulent nous dire quoi là ?? " est généralement réservé aux thés les plus chers qui ne me procurent pas un plaisir immédiat. S'il faut chercher pourquoi il est cher, je passe la main... Un exemple ? Les Gao Shan Cha 11 et 14 de la M3T. Ils sont censés être le fleuron des GSC proposés dans cette auguste Maison mais mon expression lorsque j’en bois est proche de celle d’une coquille Saint-Jacques. Sans le corail bien sûr.
Bref, après avoir fait mon étonné auprès du Maître de cérémonie : « comment se fait-il que les GSC de Tea Masters me procurent un plaisir immédiat et que là je ne ressente rien ? »
La réponse fût : « c’est comme ça que doivent être les Gao Chen Sha pour qu’ils expriment leurs terroirs». Curieux, car moi c’est la version sans expression de terroir que je préfère…
Bref après analyse, il semble que les GSC de la M3T sont tous torréfiés pour une meilleure conservation, ce qui leur confère un goût différent des GSC « frais »…

Enfin dernière remarque est malheureusement encore au détriment de la M3T : la comparaison récente d’un haut de gamme de la M3T : le « Bai Hao Wulong 2 » avec le « Bai Hao Wulong « perfect » de TM. J’attendais une bataille en rangs serrés où les protagonistes se rendraient coups pour coups. Mon souvenir du BHW2 bu il y a quelques années était impérissable : notes de roses, de lychee etc. Magnifique. Hélas la récolte de cette année est loin de refléter le souvenir que j’en avais et il faut bien avouer que le BHW « perfect » a clairement dominé les débats, que ce soit en terme de finesse, de parfums ou de longueur en bouche. Raphaël (Blackteapot) qui m’accompagnait dans une dégustation que je lui proposais en aveugle a même eu la sensation de boire le même thé mais dans un état de santé proche la grippe en ce qui concerne le Bai Hao Wulong 2… Aïe !

26 commentaires:

Benead a dit…

Je bien dans cet article, le plaisir de lire quelqu'un qui écrit sans hésiter ce qu'il pense, ça fait du bien une telle franchise.
De mon coté j'avance à mon rythme et finalement je suis comme toi, j'aime ou j'ai pas et je vais plus forcément plus loin non plus.

Philippe a dit…

Dis-donc Christophe, tu as pris un sacré coup de vieux sur la photo... Ce sont tes twins qui t'ont vieilli à ce point ou alors c'est parce que tu t'énerves ? ;-)))

Quant aux dosages, que veux-tu c'est un débat sans fin, mais disons que l'un découle de l'autre, forcément... Le fait de constater que mes galettes des 80's disparaissent petit à petit m'angoisse à tel point que j'essaie par tous les moyens de les conserver le plus longtemps possible d'où ces dosages dignes d'Harpagon !

Jeancarmet a dit…

Oui Benead, pas de tabous. Combien d'infusions pour tel ou tel thé ? peu importe, c'est jusqu'au bout du plaisir !

Jeancarmet a dit…

Oui Philippe sur Facebook je me suis inscris au club de ceux qui aurait du naitre 40 ans avant...

Un conseil : bois moins de Pu-Erh et gave toi de Wulongs. Par contre dès que tu t'enfiles un "Oldies but goldies" mets la dose !

toki a dit…

Welcome Back and Happy New Year! - Toki

bejita a dit…

avec cet article personne n 'osera dire que tu es "esclave " de la M3T
, merci pour cette franchise .
l'important c'est le plaisir !!!!

Raphael a dit…

Tu cherches à être upgradé Ennemi Public N°1 ou quoi ?

Pour Le BHW 2 (rien à voir avec l'éventuelle ouverture d'une annexe du magasin de bricolage du centre parisien), je confirme que mon souvenir des années 2001/2002 était d'une autre classe. Mais le thé est un produit vivant qui peut varier d'une année à l'autre. Qui prétendrait retrouver la fraise des bois de la cuvée 2003 du Moulin à Vent de Chermette sur un autre millésime ?
Pour revenir à nos moutons, force est de constater que cette année, le Bai Hao moustique a fait le minimum syndical...

Jeancarmet a dit…

Le problème c'est que ce millésime est non seulement médiocre en comparaison mais également intrinséquement. A mon sens le proposer sous le numéro "2", qui signifie quelque chose pour ceux qui en ont déjà bu, induit en erreur. Au vu de la qualité créer un numéro 3 n'aurait pas été un luxe et aurait évité la confusion.

Raphael a dit…

Je pense que tu peux revendiquer sans honte la paternité de la "miam-miam attitude".

barb michelen a dit…

Hello I just entered before I have to leave to the airport, it's been very nice to meet you, if you want here is the site I told you about where I type some stuff and make good money (I work from home): here it is

barb michelen a dit…

Hi again, see tthis is the site i told you i signed up to. It has some nice information about how to make money using OPP, i think you might find it interesting. here it is. bye!

Michel a dit…

le perfect oriental beauty vaut son poids en or.

C'est vrai que certains thés sont directs sans équivoque. Je l'ai fait gouté à ma mère et à ma soeur elles ont halucinées!

Bon je suis d'accors avec toi qu'une approche trop carthésienne de demi grammage et de température d'eau c'est adapté plus pour les thés japonais que pour les thés chinois.

Le zhong c'est top pour ces bons thés de tous les jours: dong ding, tie guan yin pu ehr jeunes .quand tu te prends ta claque, que tu nage dans le wulong tu t'en fout que t'ai utilisé la yixing ou que ton eau fait tant de °. .
Si un grammage particulier ou une façon de boire tel ou tel thé me plais plus, je m'en souvient ou alors ça me revient rapidos.

Il me semble que le marketing 'prestige' de M3T ne fait pas son effet chez toi.
Ha si seulement on pourrai se télétransporter en asie, certaines choses nous sauterait aux yeux.

-La regle d'or: Drink MORE ,comme dit mon fils :
encore, more ...tea Papa ..
ha... pu ehr Papa.

flo a dit…

En fait, je me demande si les chinois se prennent autant la tête que nous ! peut-être que les asiatiques qui ont adopté les grands vins font ce que nous faisons avec les "grands thés" ? peut-être qu'ils cherchent à trouver un idéal mesurable, un rituel d'origine --c'est curieux, finalement ce faisant on cherche autant à préserver l'exotisme et l'authenticité lointaine du produit, qu'à se l'approprier, se l'incorporer.

Tiens, Christophe, j'ai testé, le "à fond et à fond" avec le zhong. eh bien c'est pas mal du tout ! avec mes Shui Xian, c'est génial même, avec le Shui Xian 1 de la M3T (qui a l'air tout modeste comme ça parce que c'est "entrée de gamme", mais en réalité c'est un thé génial) j'ai passé une longue soirée en plus de 10 infusions (zhong empli pratiquement à moitié, eau au max de température, infusions comptées de tête, ou pas, je me laisse guider par le plop plop sous le couvercle, l'aspect des feuilles, le temps est dans l'eau et l'eau dans le thé). Mais cela demande un "feeling acculturé", je veux dire que pour faire ça, il faut avoir avec le thé un peu de cette culture qui est... ce qui reste quand on a tout oublié. Mais c'est super bien, le "à fond et à fond", très "libération théxtuelle".

Jeancarmet a dit…

"C'est vrai que certains thés sont directs sans équivoque. Je l'ai fait gouté à ma mère et à ma soeur elles ont halucinées!"

Idem avec mes beaux parents ! Yeux grands ouverts !
Un signe qui ne trompe pas quand les novices éprouvent un plaisir immédiat, sans équivoque, c'est le signe d'un grand produit.

"Drink more" : ne t'inquiètes pas Michel, pas besoin de me pousser, j'ai toujours soif !

Quant à la M3T je suis toujours aussi enthousiaste car leur sélection est extraordinaire. Je suis encore prêt à acheter des raretés à prix d'or mais moins enclin à excuser des thés dont le prix n'est pas en rapport avec le plaisir qui en découle.

Peu m'importe l'origine du thé, l'âge du théier, sa situation géographique ou le terroir. En matière de thé ou de vin il n'y a pas d'obligation de moyen mais seulement une obligation de résultat.

Jeancarmet a dit…

J'adore tes analyses Flo !!

"Mais cela demande un "feeling acculturé", je veux dire que pour faire ça, il faut avoir avec le thé un peu de cette culture qui est... ce qui reste quand on a tout oublié."

Excellent et terriblement vrai.

Pour faire bien et simple il faut d'abord avoir appris à faire compliqué. Seule l'expérience permet de savoir qu'il faudra remplir le zhong à ras de feuilles de Dan Cong mais ne mettre qu'un fond de boulettes de Dong Ding pour obtenir un volume équivalent au final. Un exemple...

Sacha a dit…

Merci Christophe pour ce message. Je ne passe plus beaucoup de temps sur internet à consulter les blogs ou à écrire sur le mien mais c'est vraiment inspirant de te retrouver avec toute ta franchise et ton approche directe. Ça me redonne le goût de poster mais d'une manière plus spontanée...

Au Camellia, nous avons l'habitude au salon de thé de doser vraiment généreusement en zhong. Les clients passent souvent plusieurs heures avec leur zhong qui donne et qui donne encore...

Je crois en effet que les habitants des pays producteurs de thé ne se prennent pas autant la tête que nous avec les grammages et température, du moins en se fiant à ce qu'on voit sur les vidéos de youtube. Il faut pas devenir fous... tant que la Chine ne garde pas tout son thé pour elle (avec le niveau de vie qui s'améliore à coups de 10% de croissance économique par année, on risque d'avoir que des merdes dans pas long!)

Pour finir, j'adhère au "miam-mian liberated attitude" qui détend plus que le "zen" et qui goûte meilleur (en moins cher).

Raphael a dit…

"Peu m'importe l'origine du thé, l'âge du théier, sa situation géographique ou le terroir. En matière de thé ou de vin il n'y a pas d'obligation de moyen mais seulement une obligation de résultat."

Tu n'auras pas l'un sans l'autre.
S'affranchir du dogme, c'est bien; troquer la connaissance pour la baguette de sourcier, c'est ... exotique ;o)

Jeancarmet a dit…

Merci Sacha.
Je suis content que tu partages mon "miam-miam" concept.

Back to the deep roots puisque maintenant comme je le confiais récemment à Raphaël, je pousse un cri primal de singe lorsque je suis content de quelque chose.

Exemple :
Laurence : "ce soir, on mange de l'andouillette, chéri. "

Jeancarmet : "Ouuuuuh AAahh Ah Ah Ouh Ouh !"
On peut également lever les bras au ciel et montrer ses dents en signe d'un contentement plus manifeste (si l'andouillette est accompagnée de pommes sautées par exemple).

...

Sacha a dit…

J'adore! Ah! la salivation! J'ajouterais à ton exercice les petits sautillements sur place, d'une jambe à l'autre, à un rythme croissant.

J'ai un collègue qui peut subitement crier d'extase, en pleine séance de gong fu cha. Surprenant sur le coup...

Raphael a dit…

Ah oui, faut le voir se tenir les orteils en montrant les dents. C'est saisissant et simiesque au possible.
Je pense que l'on est au début de quelque chose d'assez énorme.
Un concept animalier d'une poésie bouleversante.
Je recommande à toutes et à tous de voir ou revoir "Human Nature" de Michel Gondry pour amorcer la réflexion.

Philippe a dit…

C'est plutôt normal que tu pousses des AAAAA avec une andouillette, non ?

Sinon, il parait que les singes du zoo de Vincennes désirent s'initier au Gong Fu Cha, si jamais ça te branche...

Raphael a dit…

"C'est plutôt normal que tu pousses des AAAAA avec une andouillette, non ?"

Bien vu !

Michel a dit…

Le Da Yu Ling que tu as c'est celui d'hiver ou de printemps?

Jeancarmet a dit…

Hiver Michel.

Michel a dit…

Sending you some springtime !!! hahaha.

Jeancarmet a dit…

Au sens figuré je te remercie, au sens propre c'est très sympa mais je connais déjà !