16 avril 2006

Pu Er Tuo Cha 1986

Une belle couleur cuivrée, brillante, un nez frais et « sombre » en même temps, pas de note fumée : ça s’annonce bien !
La bouche souple, le goût subtil et doux : c’est un timide ! A l’opposé de certains Pu Erh qui s’imposent par leurs forces terreuses, ce Tuo Cha est clairement un introverti qui demande à ce qu’on le découvre. A cet égard je ne l’avais pas compris la première fois que je l’ai bu il a 3 ans, tout comme je n’avais pas apprécié la galette 1985 n°11 qui présentent un peu le même trait de caractère : peu massif en bouche mais avec une complexité et une minéralité affirmée qui fait saliver.

On croit sucer un galet.

Du Mozart...

6 commentaires:

Philippe a dit…

En effet, très beau, très équilibré et très sage !! En fait, ce côté "secret" ne demande qu'à s'afirmer. Il suffit de jongler un peu avec les temps d'infusion et les dosages. Finalement, ne dit-on pas qu'il faut se méfier de l'eau qui dort ?....

En fait, ce tuo cha m'a réconcilié avec cette famille de Pu Er qui a mauvaise presse en général. En tout cas, il est largement supérieur à tous les tuo cha que j'ai bu pour l'instant. Très joli Pu Er, assurément.

Lionel a dit…

Tu as ce tuo cha 1986 (8)Philippe ? je croyais que tu lui avait finalement préféré la galette 1984....De quel autre pu er se rapprocherait il ? (meme si chaque pu er est unique évidemment, et doit s'apprécier en tant que tel...)...Je prépare mon futur achat de pu er, et je ne sais pas trop sur quoi partir...

Alain thé a dit…

BOnsoir Christophe, ce serait intéressant de connaître les paramètres que tu utilises : quantité d'eau, grammage de thé et durée des infusions

Bien à toi

Jeancarmet a dit…

Très bien je note Alain. Ok pour le grammage et la contenance de la théière mais par contre la durée des infusions, ça, je dois dire que je ne suis pas un maniaque du chrono ! ça vient comme je le sens en fonction de la couleur/densité des infusions précédentes en prenant bien sûr comme base de départ le rinçage initial.

A+

Lionel a dit…

Philippe m'a fait goûter ce tuo cha et je dois dire que j'ai a-do-ré. Frais et sombre comme tu dis. De la noisette, praliné, subtile, complexe à souhait, puissance sous jascente discrète, jamais imposante. Persistance aux infusions. Bref, que de qualités...

lionel a dit…

J'aime bien sucer des galets bien salés tout droit sortis de la mer.